Et que vivent les femmes !

  • le 9/03/2018

Partagé le 17 avril 2018

Un mois après le 8 mars, mois choisi pour marquer la lutte pour les droits des femmes, quelles qu’elles soient, où qu’elles soient, la fédé n’oublie pas la gent féminine. Sans distinction de taille, forme ou de couleur. Qu’elles aient connu ou pas les joies et les peines de l’enfantement. Loin des stéréotypes en tous genres.

Les femmes ne sont malheureusement pas toutes logées à la même enseigne. Une forme de hiérarchie entre elles est tout de même observable. Selon leur origine, leur couleur de peau, leur emploi, leur salaire… le quotidien interne du groupe Femme ne se ressemble guère.

Il est clair qu’une femme survivant au milieu des bombes en Syrie, dans les bidonvilles de Soweto ou encore dans les favélas de Rio n’aura pas le même rapport au numérique que celle qui vivrait au pied de la Tour Eiffel, ou en face de Central Park.

Et encore, parmi toutes celles qui sont dans les grandes métropoles des pays « riches », plusieurs dorment, même en période de grand froid, dans les rues, à même le sol. Pas besoin d’études pour illustrer cela, il n’y a qu’à lever son nez de son smartphone et regarder autour de soi.

Mais les femmes se tiennent debout. Face aux agressions longtemps supportées, parce que facilement jugées, les femmes ont osé dire un NON collectif. A moins que vous ne viviez sur mars, vous avez forcément constaté la vague de #metoo ou du #balancetonporc. Petit rappel ici .

La toile en a été abreuvée, car ce phénomène de harcèlement sexuel est le quotidien d’une majorité d’entre elles. Ensemble, les femmes ont affirmé leur volonté de changer les choses, leur capacité à renverser la tendance, à distinguer un compliment d’une agression subtile…

C’est la preuve que les femmes savent ce qu’elles veulent et se battent pour revendiquer leurs droits. Pour exemple, l’Espagne a marqué un coup historique en voyant ses rues totalement envahies par les femmes.

Plusieurs choses, dont des alternatives numériques, sont entreprises pour rendre à la femme la place qu’elle mérite vraiment. La journée du 8 mars en est une esquisse. Une pâle esquisse quand même, car cette journée peut sous-entendre que toutes les autres journées sont celles des droits de l’homme, du mâle. Or, c’est toute l’année qu’il faut honorer les droits de chacun. Des femmes. Des hommes. Des jeunes. Des plus âgés… Tous nous méritons le respect, la considération.

Cette conclusion explique pourquoi nous choisissons l’article suivant comme coup de cœur. C’est l’histoire de différents profils qui s’assemblent pour valoriser, cette fois, les femmes. Voyez la mobilisation pour cette même cause à travers le monde… comme quoi, la défense des droits des femmes est un sujet qui touche chacun.e de nous, sans distinction.

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.

Top