Grand Reims : les élections professionnelles, un succès pour le syndicalisme cadres CGT

Jeudi 11 mai 2017 avaient lieu des élections professionnelles au Grand Reims, une communauté urbaine de 143 communes couvrant 1500 kms² (25 % du département de la marne et 52 % de sa population).

L’UFICT CGT a enregistré ses meilleurs résultats depuis sa création sous forme de collectif en 2012 puis de syndicat en 2015.

En effet, l’UFICT CGT a réalisé une percée historique (soyons modestes) en catégorie B, devant le 1er syndicat des cadres de proximité. Notre organisation a obtenu 53 % des suffrages exprimés (37 en 2013, 38 % en 2014). Près de 27 % de l’ensemble des cadres B du Grand Reims ont donc fait le choix de voter pour le syndicalisme cadre de la CGT.

En catégorie A, l’UFICT poursuit sa progression au sein du corps électoral dont la participation est la plus importante (68 % contre 47 % en catégorie C). De 29 % en 2013, nous sommes passés à 32 % en 2014 pour atteindre aujourd’hui 36 %, avec une liste totalement paritaire. Près de 23 % de l’ensemble des cadres A du Grand Reims ont ainsi fait le choix de voter pour le syndicalisme cadre de la CGT.

C’est là, la traduction concrète de l’apport du syndicalisme cadres de la CGT, avec ses spécificités d’expression, de thématiques et d’action. Au Grand Reims, l’électorat cadres (A et B) représente 41 % (plus si on y intègre les agents de maitrise) de l’électorat total de la CGT

La progression en voix de l’UFICT CGT représente 6,6 % du corps électoral en catégorie A, 6.76 % en catégorie B et 2,22 % en catégorie C.

Ces résultats interviennent dans un contexte particulier. Celui de la mise en œuvre de la loi NOTre et de la révision des schémas départementaux de coopération intercommunale. Ces processus ont eu pour effet une vaste réorganisation territoriale. 8 communautés de Communes, 1 communauté d’agglomération, 2 syndicats intercommunaux de gestion des ordures ménagères ont fusionné pour donner l’un des sept plus grands EPCI de France, la Communauté urbaine du Grand Reims (en grande partie à vocation rurale).

Cette réorganisation a pesé et pèse fortement sur les conditions de travail des agents et des cadres. L’UFICT a particulièrement été active sur la question des services communs, du schéma de mutualisation, de la préservation des acquis dans le cadre des transferts. Nous avons été le principal syndicat à informer les agents et cadres, à intervenir en CT ou CHSCT sur ces questions, à organiser des réunions d’information syndicale.

L’autre élément de contexte, c’est le formidable mouvement social qui a lieu l’automne dernier avec des AG à 200 – 300 participants et pétition signées par 1300 collègues pour une augmentation égalitaire de 100 € par mois et contre les primes inégalitaires (comprendre le RIFSEEP). Mouvement qui a permis de véritables avancées tant en rémunération directe qu’en rémunération indirecte (mutuelle), avec des mesures de neutralisation du RIFSEEP et de compensation des pertes dues au PPCR.

Ces résultats s’inscrivent dans un travail permanent d’information, avec notre site internet (1200 visiteurs uniques par mois), avec notre bulletin syndical (Piments rouges) diffusés à 4000 collègues des administrations territoriales rémoises, sur le RIFSEEP, le PPCR, les RPS, le management (notamment avec le guide UFICT de survie au management), le droit à la déconnexion ou le FN.

L’UFICT a d’ailleurs été très présente (y compris physiquement lors des échauffourées) lors de la venue de Marine Lepen à Reims, le 5 mai 2017 et son encerclement dans la Cathédrale par 400 jeunes, dont de nombreux étudiants, certains syndiqués à l’UNEF. Syndicat étudiant auquel l’UFICT CGT du Grand Reims est très lié puisque la majorité de nos syndiqués en sont issus.

Lors de cette venue mouvementée, nous avons constaté la présence de collègues parmi les militants du FN. Nous avons donc adressé l’après-midi même, un Piments rouges spécial FN à nos collègues. Plus de 700 ont visionné la vidéo « Le FN n’aime pas les agents territoriaux ».

Cette prise de position n’a pas été sans effet sur notre score lors du scrutin du 11 mai.

Pour l’UFICT CGT du Grand Reims, avec nos camarades employés – ouvriers, l’heure est au renforcement de sa structuration. Un congrès avait lieu en juin dans cette perspective et celle des élections professionnelle de 2018, sans oublier la lutte contre les mesures qui seront prises prochainement à l’encontre du service public, de ses usagers et de ses agents.

Réagir

Votre mail ne sera pas publié.