Jour d’après : tant de raisons de ne rien lâcher

Parce que la crise sanitaire n’a pas mis sous cloche les urgences sociales, environnementales, économiques mais qu’elle les a au contraire rendues plus impérieuses, la contestation sociale revient comme un boomerang.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *